Depuis plusieurs années, Hollywood tente de conquérir (ou reconquérir) un public féminin qu’il juge peut-être absent des salles. La stratégie des grands studios ? Adapter et féminiser de grandes licences du cinéma grand public américain. Ces sagas cultes ramenaient autrefois un large public au cinéma, pourquoi donc ne pas capitaliser sur ces licences fortes et cibler, en plus, un public féminin ? Après Ghostbuster, c’est donc à la saga des Ocean’s de passer à la moulinette du féministe tendance #metoo… au détriment de la qualité ? C’est ce que nous allons voir avec cette critique d’Ocean’s 8 !

Ocean’s 8 est-il un remake d’Ocean’s 11 ?

En tant que grand amateur du premier volet de la saga, Ocean’s 11, sorti en 2000, j’appréhendais beaucoup le visionnage de Ocean’s 8. Était-ce un remake, un reboot, un spin-off, dans cette valse des anglicismes, il est parfois complexe de s’y retrouver dans cette fièvre hollywoodienne !

Dès ses premières secondes, le film laisse planer le doute. On retrouve le fameux plan iconique d’Ocean’s 11, dans lequel Clooney faisait face à des employés pénitentiaires… Sauf que monsieur Nespresso est ici remplacé par Sandra Bullock. Elle retrouve ensuite Cate Blanchett qui l’attend sur le parking, comme Brad Pitt attendait Clooney dans le film original…

Vous l’aurez compris, dès ses premières scènes, Ocean’s 8 semble prendre le chemin du remake pur et dur du film de Steven Soderberg !

Seulement, le film s’assume également comme une suite. On retrouve un clin d’œil au personnage de George Clooney, Danny Ocean, présumé mort dans cette suite. Sandra Bullock interprète d’ailleurs la sœur du braqueur, une sœur lié à son frère par sa passion pour l’arnaque et les braquages en tout genre, mais qui semble également avoir grandi dans l’ombre de son fraternel.

Alors Ocean’s 8 est-il un remake ou une suite ? Ni l’un, ni l’autre à vrai dire ! Et c’est tout le problème de ce film dont la construction bâtarde ne permet pas d’apprécier totalement le visionnage.

critique d'Ocean's 8

Un casting de qualité… mais mal utilisé !

Le casting d’Ocean’s 8 est surprenant de qualité. Rarement nous aurons vu autant de têtes d’affiche réunies dans un seul film, encore moins étant donné que ce sont toutes des femmes. J’ai pu citer précédemment Sandra Bullock et Cate Blanchett, mais nous avons aussi Anne Hathaway, Rihanna, Sarah Paulson et Helena Bonham Carter ! Des actrices qui n’ont rien à envier en termes de qualité de jeu à leurs homologues masculins… Mais qui se trouvent assez mal utilisées tout au long du film.

En effet, hormis Helena Bonham Carter et la jeune Awkwafina, aucune actrice n’arrive réellement à sortir du lot. Je vais mettre cela sur le compte d’un scénario paresseux, mais en réalité, chaque personnage fonctionne en miroir avec les personnages d’Ocean’s 11.

Pour faire une liste, nous avons donc :

  • Sandra Bullock qui reprend le rôle de George Clooney ;
  • Cate Blanchette, celui de Brad Pitt ;
  • Anne Hathaway, celui de Andy Garcia ;
  • Awkwafina, celui de Matt Damon ;
  • Rihanna, celui de Don Cheadle ;
  • Etc, etc.

critique d'Ocean's 8

Quelques surprises scénaristiques !

Cependant, si je dresse un portrait peu flatteur au travers de cette critique d’Ocean’s 8, le film réserve cependant quelque surprise dans son rythme de croisière.

En effet, là où le twist du premier film reposait en grande partie sur la présence de Julia Roberts au bras du personnage d’Andy Garcia, Ocean’s 8 a le mérite de ne pas reprendre ce twist de triangle amoureux, faisant de Sandra Bullock et Cate Blanchett un couple lesbien.

Non le véritable twist du film se révèle ici être le personnage d’Anne Hathaway qui cache, derrière son apparente naïveté, un caractère bien trempé et une malignité qui peut faire sourire le spectateur.

Les rebondissements fonctionnent donc et même si le film n’est pas très original, la mécanique du braquage qui tourne plus ou moins bien prend naturellement. La tension fonctionne et les gags aussi.

Mention spéciale pour les apparitions de Shaobo Qin et d’Elliott Gould qui nous réservent deux caméos bien sympathiques, et qui par leur simple présence, peuvent pousser les quelques nouveaux spectateurs à s’intéresser aux films originaux qui sont à n’en pas douter de bien meilleure facture !

Au final, est-ce qu’Ocean’s 8 est un bon film ? Je pense que oui, malgré ces nombreux défauts. Force est de constater que le film a été un succès au box-office et qu’il aura su atteindre sa cible féminine. Pour l’anecdote, c’est ma copine qui est allée voir le film la première et qui m’a conseillé d’aller le voir par la suite. Je pense que beaucoup d’autres spectateurs se sont retrouvés face au film tout comme moi et c’est une bonne chose, car le film n’est pas mauvais comme beaucoup le prétendent. On se prend assez vite au jeu, la mécanique du film de braquage fonctionne, l’action est divertissante et les gags bien amenés. On est certes loin de l’impact d’un Ocean’s 11, mais cela reste un bon divertissement !