Troisième remake d’un classique hollywoodien des années 1930, A Star is Born avait tout pour ne pas me plaire :

  • C’est l’énième remake d’un film culte de l’âge d’or d’Hollywood ;
  • C’est un film sur l’industrie musicale actuelle et tout ce qu’elle a de détestable ;
  • C’est Bradley Cooper qui est à la réalisation, soit un acteur sans bagage technique en mise en scène ;
  • Et enfin, le rôle principal est tenu par Lady Gaga, une chanteuse que je n’affectionne pas particulièrement.

Seulement voilà, comme beaucoup de spectateurs et journalistes spécialisés, je me suis fait avoir. Oui… Et en beauté même ! A Star is Born est certainement la plus grosse surprise de cette rentrée ciné 2018 et c’est ce que je vais expliquer au travers de cette critique de A Star is Born. Vous êtes prêts ? Je vous dis tout !

A Star is Born : ça parle de quoi ?

A Star is Born raconte l’histoire de Ally, une chanteuse amateure qui croise la route de Jackson Maine, une star de rock sur le déclin. Alors qu’elle enchaîne les petits boulots et ne s’épanouit pas dans sa vie, Ally va trouver en Jackson un mentor qui va l’aider à réaliser son rêve : devenir chanteuse professionnelle. Au fil du récit, l’amour platonique devient plus sérieux et on suit donc une véritable histoire d’amour entre une star montante et une star sur le déclin.

La grande force de A Star is Born réside dans ses personnages. Ally, interprétée par Lady Gaga, est très touchante de sincérité. Son entourage, bien éloigné du milieu artistique ou musical et son tempérament fougueux en font un personnage principal fort, un parfait point d’accroche pour les spectateurs. Sa relation avec Jackson Maine est d’une justesse et d’une sincérité jamais vue, c’est à se demander si Bradley Cooper et Lady Gaga ne sont pas ensemble dans la vraie vie… Bradley Cooper, qui incarne le personnage de Jackson Maine, est de son côté très touchant également. À la fois odieux dans ses moments de chutes, ses bitures quotidiennes où le chanteur se transforme en zombie, mais aussi touchant lorsque son regard amoureux se pose sur Ally, Jackson est l’élément le plus instable du film, il marche sur une corniche et semble pouvoir tomber à chaque instant, emportant les rêves d’Ally avec lui.

Une critique du show-biz américain !

Avec des personnages aussi unilatéraux et un pitch de départ aussi classique, le film peut paraître un peu pauvre aux premiers abords. Mais sans compter sur le discours qu’il porte sur le monde du show-biz américain, un milieu qui détruit des vies d’artiste à la pelle. Ce discours est d’autant plus fort qu’on assiste, en tant que spectateur, à la naissance d’une étoile, Ally, mais aussi à la chute d’une autre, Jackson, une star qui a déjà fait les frais de ce rouleau compresseur, jusqu’à faire de lui une loque alcoolique, incapable de tenir un concert sans alcool, cocaïne ou médicaments.

Nos personnages prennent alors l’allure d’enfants pétris de rêves et d’ambitions artistiques, mais qui se retrouvent malgré eux à devenir des marques, des hommes et des femmes sandwichs chantant des tubes pré formatés pour un public type, avec chorégraphies tendancieuses et promotions sur les plateaux télé à l’appui.

Le film peut donc se lire comme une réflexion intéressante quant au personnage de Lady Gaga et sa relation avec son alter ego Stefani Joanne Germanotta. Ce film et cette réflexion prennent un écho tout particulier alors que la chanteuse vient de sortir un album intitulé Joanne, album dans lequel la chanteuse semble exprimer son souhait de s’éloigner du personnage de Lady Gaga.

Des acteurs et une réalisation au diapason !

A Star is Born est donc un film ayant un fond, c’est indéniable, mais qu’en est-il de la forme ? Et bien là encore, le film surprend en bien.

Pour ce qui est de l’interprétation, les acteurs sont tous vraiment convaincants : Lady Gaga se révèle en tant qu’actrice de premier plan. Si la chanteuse avait déjà tenu des rôles dans des séries telles qu’American Horror Story, c’est la première fois qu’elle tient un premier rôle de cette envergure… Et elle est convaincante de bout en bout ! Pour une personne comme moi, qui ne connaissait pas tant que ça la chanteuse et son personnage, j’ai trouvé son jeu très juste et d’une redoutable sincérité. Comme j’ai pu le dire précédemment, sa relation avec Bradley Cooper respire la sincérité et on a envie de croire à sa réussite.

Bradley Cooper campe quant à lui à merveille son personnage de Jackson Maine. On est bien loin de ses personnages de bon copain ou de fêtard / déconneur invétéré, il s’offre ici un rôle dramatique à souhait, tragique même puisque son destin semble scellé dans le marbre à la minute où il rencontre Ally.

La réalisation est plutôt convaincante, et si Bradley Cooper réalisateur ne s’embarrasse pas de plans trop complexes, il se permet quelques exercices stylistiques, notamment en adoptant des objectifs fish eye lors des scènes de concerts avec Jackson Maine – illustrant son état d’ébriété ou de défonce – mais aussi en alternant caméra cinéma et caméra de télévision lors des scènes de promo qu’Ally doit donner dans les médias.

En clair, je vous recommande chaudement le visionnage de A Star is Born, ce premier film de Bradley Cooper. Un film à la fois anachronique et mièvre dans le paysage cinématographique si formaté de 2018, mais qui fait un bien fou à travers son message et la révélation de talents d’acteurs et de réalisateur insoupçonnés chez Lady Gaga comme chez Bradley Cooper. Mon pronostic est d’ailleurs déjà posé : je suis intimement persuadé que le film remportera l’Oscar de la meilleure chanson originale pour le titre I’ll Never Love Againet que Lady Gaga sera au minimum nommé dans la catégorie Meilleure Actrice lors de la cérémonie des Oscars 2019. Et n’oubliez pas que si c’est le cas, vous l’aurez appris en premier sur Ciné Pop ! À très vite pour de nouvelles critiques de films !