Ciné Pop

Blog de cinéma, critiques de films et chroniques ciné

Mois : septembre 2019

Une journée de pluie à New York : Woody Allen de retour à Manhattan

Sans être le plus grand fan des films de Woody Allen, je dois admettre me laisser facilement emporter par ces derniers films. Qu’il s’agisse du sympathique Scoop, du cynique Match…

Sans être le plus grand fan des films de Woody Allen, je dois admettre me laisser facilement emporter par ces derniers films. Qu’il s’agisse du sympathique Scoop, du cynique Match Point ou du naïf Minuit à Paris, ces derniers métrages tranchaient avec le reste de sa filmographie, prenant notamment place dans de grandes métropoles européennes. Cette parenthèse semble belle et bien fermée pour Allen qui retourne à ses premiers amours avec Café Society et Wonder Wheel, deux films prenant place à New York. C’est une nouvelle fois le cas cette année avec Une journée de pluie à New York contant les sympathiques tribulations d’un jeune couple d’étudiants dans le Manhattan bourgeois. 

Une journée de pluie à New York : de quoi ça parle ?

Une journée de pluie à New York raconte les tribulations d’un jeune couple d’étudiants en art, partis passer le week-end à Manhattan. Gatsby, dont la famille est originaire de New York, accompagne ainsi sa petite amie Ashleigh chargée d’interviewer un réalisateur de films d’auteur pour le journal de la Fac. Si le jeune couple avait prévu plusieurs activités à l’occasion de ce week-end, rien ne va se passer comme prévu.

Une peinture acerbe de la bourgeoisie new yorkaise

Pour son grand retour à Manhattan, Woody Allen choisi de dépeindre une certaine idée de la bourgeoisie new yorkaise. Loin de nous présenter des trentenaires dépressifs comme à l’accoutumé, le réalisateur et scénariste met en scène des étudiants dans la fleur de l’âge. Si à première vue ces nouveaux personnages semblent n’être caractérisés que par leur fougue et leur naïveté, on retrouve très vite des traits typiques des personnages de l’univers Allen. Le jeune Gatsby peut ainsi être rapproché des personnages principaux de Annie Hall, Match Point et Minuit à Paris puisqu’il est clairement présenté par son statut social et sa réussite amoureuse, mais semble souffrir d’un mal-être inexplicable qu’il met volontiers sur le dos des autres. Son parcours le mène à rencontrer plusieurs personnages dans New York, tous gravitant autour de l’univers bourgeois des cinéastes, musiciens et autres financiers de Manhattan.

Un film drôle mais pointu

Si Une journée de pluie à New York est clairement porté par son casting et la galerie de personnages qu’il présente, il peut s’avérer un peu pointu pour le commun des mortels. En effet, comme il en a l’habitude, Woody Allen n’hésite pas à parsemer son film de références pointues liées ici au cinéma d’auteur indépendant des années 1950, ou de la musique Jazz new-yorkaise. Si ces références sont consciemment utilisées afin d’illustrer le décalage des personnages par rapport à leur époque et la culture de masse, elles peuvent à juste titre effrayer bon nombre de spectateurs peu habitués à subir de plein fouet ce flot incessant de culture élitiste.

J’ai moi-même été perdu en tout début de film avant de me laisser emporter par cette histoire de jeune adulte paumé dans la jungle new-yorkaise.En définitif, Une journée de pluie à New-York n’est pas le film le plus marquant de son réalisateur. Il pèche d’un manque d’accessibilité, mais est sauvé par la qualité de son interprétation et de son scénario alternant dialogues ciselés et situations comiques. 

Commentaires fermés sur Une journée de pluie à New York : Woody Allen de retour à Manhattan

Deux Moi : le retour du grand Cédric Klapish

Révélé par le Péril Jeune et connu à l’international pour sa trilogie de l’Auberge espagnole, les Poupées russes et Casse-tête chinois, Cédric Klapish est l’un des réalisateurs les plus influents…

Révélé par le Péril Jeune et connu à l’international pour sa trilogie de l’Auberge espagnole, les Poupées russes et Casse-tête chinois, Cédric Klapish est l’un des réalisateurs les plus influents du cinéma français. Excellent dialoguiste, il arrive à mettre en scène l’absurdité du quotidien tout en parlant au cœur des spectateurs. Après un crochet par la télévision avec la série Dix pour cent, Klapish revient au cinéma avec Deux Moi, une comédie dramatique percutante mettant en scène une certaine idée de la jeunesse française partagée entre ses rêves et sa profonde solitude. 

Deux Moi : de quoi ça parle ?

Deux Moi met en scène le destin de Rémy et Mélanie, deux trentenaires interprétés par François Civil et Ana Girardot. Si chacun semble vivre une vie opposée l’un de l’autre, ils se retrouvent toutefois à travers leur solitude.

En effet, alors que la première partie du film s’attache à nous décrire leur quotidien, tout semble être rattaché à un sentiment global de morosité et de profonde tristesse. Tous deux sont suivis par des psychothérapeutes, campés par François Berléand et Camille Cottin, qui tentent, tant bien que mal, de les aider à sortir la tête de l’eau.

C’est bien sûr sans compter l’enjeu des réseaux sociaux dans leur vie, à la fois moteur de socialisation, mais aussi objet de leur solitude.

L’énième portrait d’une jeunesse sacrifiée ?

Si le pitch de départ de Deux Moi ne semble pas faire preuve d’originalité, on doit toutefois attribuer le bénéfice du doute à Cédric Klapish. En effet, en 25 ans de carrière, il est l’un des seuls réalisateurs français à avoir su capter le pouls de la jeunesse… celle des années 1990 autant que celle des années 2000. On pouvait toutefois craindre une énième redite sur le thème de la jeunesse sacrifiée, mais ce n’est surprenamment pas le cas. En effet, bien loin de la condescendance que l’on pouvait craindre de la part d’un film sur la jeunesse des années 2010, Klapish pose un regard plein de tendresse sur ses personnages de trentenaires désabusés. Il prend d’ailleurs le temps d’installer leurs dilemmes autant que leur environnement. Jamais le spectateur ne s’ennuie ou se perd dans les méandres psychologiques de ses personnages. Le temps d’écran est lui aussi excellemment partagé puisque contre toute attente, Klapish ne verse pas dans une histoire d’amour facile. Durant toute l’histoire les personnages se croisent, se tournent autour, se manquent de peu, créant par la-même une attente chez le spectateur : celui de voir ses deux âmes sœurs se rencontrer pour soigner leurs maux mutuels. En découle une batterie de seconds rôles attachants tels que l’épicier Simon Abkarian, ou la collègue de bureau Eye Haïdara (déjà vue dans le Sens de la fête de Toledano et Nakache).

Au sujet de l’acting, François Civil s’inscrit désormais comme l’un des meilleurs acteurs de sa génération avec Vincent Lacoste, William Lebghil, Pierre Niney, mais aussi Joséphine Japy, Adèle Exarchopoulos et Ana Girardot.

Quelques fulgurances de réalisation !

Porté par l’écriture de ses personnages et le talent de ses acteurs, le film s’offre le luxe d’un twist en troisième acte. Assez rare en cinéma français, et encore plus dans ce genre de la comédie dramatique, ce procédé narratif parfaitement maîtrisé permet de révéler la raison du mal-être d’un des personnages principaux. En traitant d’un sujet grave et difficile, Klapish laisse la porte ouverte aux interprétations les plus intenses de ses acteurs. 

Le réalisateur s’offre également quelques scènes hallucinées permettant quelques fulgurances de réalisation. Au détour de scènes de rêves plutôt comiques, Cédric Klapish fait preuve d’un talent comique hérité de l’imagerie cartoon et théâtrale. Un régal pour les yeux, ainsi que pour les acteurs qui s’en donnent à cœur joie dans ces petites séquences propres au cabotinage. En définitif, je recommande sincèrement ce nouvel opus de la filmographie de Cédric Klapish. Plus sérieux, plus touchant et profondément humain, cette chronique sur la jeunesse des années 2010 est aussi réussie qu’émouvante. Comme à l’accoutumé, les acteurs du film sont au diapason et sont servis par des dialogues mordant. A voir ! 

Commentaires fermés sur Deux Moi : le retour du grand Cédric Klapish

Type on the field below and hit Enter/Return to search