Ciné Pop

Blog de cinéma, critiques de films et chroniques ciné

Mois : décembre 2018

Aquaman : le DC Extended Universe sort enfin la tête de l’eau !

Alors que Marvel cartonne en 2018 avec des succès dantesques tels que Black Panther ou Avengers Infinity War, DC Comics et Warner peinent à trouver leur place au cinéma. En…

Alors que Marvel cartonne en 2018 avec des succès dantesques tels que Black Panther ou Avengers Infinity War, DC Comics et Warner peinent à trouver leur place au cinéma. En effet après une réception critique désastreuse de son blockbuster Justice League, celui que l’on appelle désormais le DC Extended Universe semble n’être qu’une tentative ratée de proposer un univers cinématographique commun aux héros de DC Comics. C’était sans compter l’arrivée de James Wan aux commandes de Aquaman, un film que personne n’attendait et qui aurait pu signer la fin des adaptations DC Comics au cinéma. 

Aquaman : où en est-on dans le projet DCEU ?

Pour cette critique de Aquaman, il me paraissait primordial de revenir sur quelques événements marquants du DCEU. En effet, Aquaman démarre juste après Justice League et la réunion des personnages de Superman, Wonder Woman, Batman, Flash, Aquaman et Cyborg. Après avoir combattu l’envahisseur Stepenwolff, nos héros se sont séparés et ont, semble-t-il, retrouvés une vie normale. Aquaman est ainsi redevenu ce personnage taciturne et solitaire, mais il est rattrapé par son passé et son statut d’héritier du trône d’Atlantis.

Comme vous pouvez le constater à la vue de ce synopsis, le film Aquaman prend largement ses distances avec le DCEU. Les évènements de Justice League ne sont évoqués qu’au détour d’une réplique et seuls les enjeux entourant le royaume des Atlantes et la famille d’Aquaman sont réellement mis en avant. On est très loin de Batman v Superman qui, rappelez-vous, perdait les spectateurs lorsqu’il essayait d’introduire maladroitement le concept d’univers partagé.

Comment retranscrire au cinéma un comics si méprisé ?

L’un des plus gros défis de James Wan pour ce film a été de mettre en scène le personnage d’Aquaman. En effet, il est bon de rappeler que pour une majeure partie du public, le principal pouvoir d’Aquaman est de parler aux poissons… On a vu mieux comme concept de départ.

Cette adaptation courrait donc le risque de tomber dans la parodie, voire pire : dans le discours méta. En effet si le film avait donné l’impression d’être conscient de lui-même et de l’irréalisme de son héros, cela aurait grandement nui à l’immersion des spectateurs.

Heureusement pour nous, James Wan est loin d’être un mauvais conteur et il a concocté un film mêlant habilement premier et second degré. 

Une réalisation et une narration soignées !

James Wan était d’ailleurs très impliqué dans cette adaptation d’Aquaman. Il est ici présent à la réalisation, mais aussi au scénario, en collaboration avec Geoff Johns, créateur de renom au sein de DC Comics.

Côté réalisation, James Wan retranscrit à merveille l’univers d’Aquaman et toute la majesté des planches du comics originel. Les comics Aquaman sont en effet connus pour leurs dessins grandiloquents et épiques, ici parfaitement retranscrits par des effets de ralentis et des plans larges magnifiant l’action, les combats et les décors entre terre et mer. La photographie est elle aussi très travaillée avec une alternance de tons chauds et de tons froids retranscrivant la dualité du personnage d’Aquaman, fils d’un homme et roi des Atlantes.

La musique composée par Rupert Gregson-Williams est très efficace, dans la droite lignée de la bande originale qu’il avait composée pour Wonder Woman. Certes parfois grandiloquente, elle traduit parfaitement l’aspect iconique du personnage et des lieux qu’il traverse en mélangeant instruments classiques, symbolisant le héros terrestre, et sonorités rétro futuristes, symbolisant son affiliation au royaume sous-marin.

Aquaman est donc une adaptation réussie du personnage en plus d’être un film d’aventure très efficace. La réalisation est parfaitement soignée et digne du travail passé de James Wan. On peut féliciter les scénaristes de ne pas être tombé dans la facilité du discours méta, très commun dans les films de l’écurie Marvel et quelque peu épuisant à la longue. Aquaman trône désormais sur mon podium des meilleurs films du DCEU, juste après Wonder Woman et Batman v Superman. Attendons de voir si Warner donnera suite à ce film, rien n’est moins sûr même s’il redonne ces lettres de noblesses aux films de super-héros DC Comics au cinéma !

Commentaires fermés sur Aquaman : le DC Extended Universe sort enfin la tête de l’eau !

Astérix Le Secret de la potion magique : Astierix est là !

En 2014 sortait un film événement, la toute dernière adaptation de la bande dessinée Astérix au cinéma. Cette fois-ci pas de film-live, mais un film d’animation en 3D avec Louis…

En 2014 sortait un film événement, la toute dernière adaptation de la bande dessinée Astérix au cinéma. Cette fois-ci pas de film-live, mais un film d’animation en 3D avec Louis Clichy à la réalisation et Alexandre Astier au scénario. Cette adaptation de Astérix et le Domaine des Dieux avait su séduire par son esthétique novatrice et son scénario bien mené où la trame de Goscinny laissait place aux dialogues percutants d’Astier. Le duo de réalisateurs est de retour cette année avec Astérix – Le secret de la potion magique. Alors est-ce que la recette fait toujours mouche ? Verdict dans cette critique.

Astérix – Le Secret de la potion magique : ça raconte quoi ?

Le village des irréductibles Gaulois va mal : Panoramix s’est brisé la jambe. Pour la première fois de son histoire, le village gaulois risque la pénurie de potion magique. À moins que Panoramix, accompagné d’Astérix et Obélix n’arrive à trouver son digne successeur. Notre trio de Gaulois s’engage donc dans un tour de la Gaule à la rencontre de tous les druides de villages. Mais gare à Sulfurix, le rival éternel de Panoramix qui compte bien récupérer le secret de la potion magique.

Vous l’aurez compris, ce Secret de la potion magique est un scénario original écrit par Alexandre Astier lui-même. Bien que nous retrouvions quelques références à des albums classiques écrits par Goscinny (Le Devin et le Tour de Gaulle pour ne citer qu’eux), cette toute nouvelle aventure se suit sans déplaisir et nous replonge sans problème dans l’univers d’Astérix le Gaulois.

Une réalisation aux petits oignons !

L’une des plus grandes forces d’Astérix et le Domaine des Dieux avait été sa réalisation. Il faut dire qu’avec Louis Clichy aux manettes, ancien animateur chez Pixar sur les films Là-Haut et Wall-E, on pouvait s’attendre à un travail de qualité, mais ça va plus loin que ça. En effet, je trouve, à mon humble avis, que le travail de Louis Clichy sur l’animation du monde Astérix parfait. D’un côté, il a réussi à rendre justice au trait si particulier de Uderzo avec ses personnages disproportionnés et ses décors très détaillés. Mais en plus, Louis Clichy amène avec lui une fluidité dans l’animation, un souci du détail qui lui est propre et qui fait que chaque personnage dans le champ semble doué de pensée. Ce ne sont pas des amas de pixels animés que nous avons sous les yeux, mais de vrais personnages doués d’une personnalité propre et qui transpire au travers du travail d’animation. Pour Astérix et le Secret de la potion magique, c’est la même chose, mais en mieux. Le réalisateur s’autorise des mouvements de caméra bien plus technique, et cela dès les premières secondes. Le ton est donné : Le Secret de la potion magique est un film plus ambitieux dans sa réalisation.

Un scénario surprenant et respectueux du matériel d’origine

Mais il n’y a pas que la réalisation qui est ambitieuse dans ce nouveau d’animation Astérix, il y a aussi un scénario original. Chose qui n’était pas arrivée depuis Astérix et Obélix contre César, sorti en 1999. Une fois encore, c’est donc Alexandre Astier qui est derrière le texte… Et quel texte ! Le scénario et surtout les dialogues sont pétris de références et de jeux de mots qui rappellent les grandes heures de René Goscinny. Et c’est là toute l’ADN d’Astérix : captiver les plus jeunes avec une aventure palpitante et des scènes d’actions comiques et faire rire les adultes avec des jeux de mots et des références à la pelle. Astier ne fait d’ailleurs pas l’erreur de faire des références susceptibles de mal vieillir comme Chabat a pu le faire avec son Itinéris dans Mission Cléopâtre. À la place, Alexandre Astier parie sur l’intelligence des spectateurs pour trouver les références sans jamais les appuyer.

Le secret d’une bonne adaptation ?

Alors au final, que penser de ce Secret de la potion magique ? Est-ce une bonne adaptation de l’œuvre d’Astérix ? Non parce qu’entre nous, c’est tout ce qui compte, pas vrai ? Astérix, c’est d’ailleurs un peu notre super-héros made in France. Si le monde entier s’insurge contre les adaptations de Batman sur grand écran, pourquoi n’aurions-nous pas le droit de critiquer les adaptations cinématographiques de nos héros de bande dessinée ?

Si de mon côté j’ai beaucoup de choses à dire sur les adaptations live-action des aventures d’Astérix au cinéma, je suis bien plus élogieux sur les deux derniers films d’animation sortis ces dernières années. Mieux que ça, je trouve Le Secret de la potion magique bien plus abouti que le dernier. En effet, je pense que Louis Clichy, comme Alexandre Astier, ont dû s’autobrider inconsciemment lors de leur premier film. Ici, on sent plus de folie, quelque chose de neuf qui caractérise l’œuvre originale de Gosciny et Uderzo. Que ce soit dans les dialogues bien plus percutants ou dans la réalisation très cartoonesque comme peut l’être le trait d’Uderzo,  tout le film sonne juste et on tient certainement là, l’une des meilleures adaptations d’Astérix au cinéma. Personnellement je vous laisse faire votre classement, mais je classe facilement ce dernier film deuxième, au coude à coude avec Mission Cléopâtre !

Je vous recommande donc grandement le visionnage de ce dernier film Astérix, un petit bijou de drôlerie qui vous fera passer un superbe moment au cinéma. La réalisation est dingue, le scénario et les dialogues sont adaptés à toute la famille et le casting vocal est aux petits oignons. Mention spéciale pour Christian Clavier qui reprend le rôle d’Astérix en animation après Roger Carrel et qui s’en sort admirablement !

Commentaires fermés sur Astérix Le Secret de la potion magique : Astierix est là !

Type on the field below and hit Enter/Return to search