En 2008 sortait Cloverfield, produit et scénarisé par J.J. Abrams. Un film réalisé en found-footage, fut perçu comme un véritable ovni à sa sortie. Ce film de monstre, que l’on peut analyser comme une parabole du 11 septembre 2001 du point de vu des new-yorkais, se distingua immédiatement de la masse de blockbusters sortis à la même époque parmi lesquels on peut compter Iron Man ! Aidé par une campagne de marketing virale, le film connu un double succès commercial et critique.

Un film de tension et de twist !

10 Cloverfield Lane démarre avec le personnage de Michelle, interprétée par Mary-Elizabeth Winstead, qui, suite à un accident de voiture, se retrouve enfermée dans un bunker six pieds sous terre. Howard son sauveur se présente à elle comme un bon samaritain l’ayant sauvée d’un cataclysme mondial. Ils ne peuvent pas sortir du bunker et avec Emmett, troisième survivant,  ils commencent à s’organiser une petite routine de survie. Mais Howard est-il digne de confiance ? Leur ment-il quant aux raisons de leur présence dans le bunker ? Et d’où proviennent tous ces bruits qu’entendent les survivants au dessus de leur tête ?

Critique de 10 Cloverfield Lane

Bilan à chaud, à la sortie du film. 10 Cloverfield Lane est un excellent film mais qui souffre d’un problème : son statut de suite. Pendant une très grande partie du film, le lien de parenté avec Cloverfield n’est pas évident. C’est tout d’abord un excellent thriller psychologique, qui se transforme en véritable enquête où nos perceptions de spectateurs sont mises à rudes épreuves, avant de finir tel un véritable survival où l’on suit le personnage de Michelle tentant de s’enfuir du bunker.

À aucun moment le spectateur averti ou non ne peut faire un lien avec le film de 2008 qui lui était un pur film catastrophe. D’où la surprise que procure le dénouement du film. Une surprise donc mais qui peut être perçue comme un défaut puisque les novices de la série verront en ce dénouement une trahison de la part du film qui se voulait jusqu’alors très réaliste dans son fond comme dans sa forme.

Critique de 10 Cloverfield Lane

Une réalisation et un casting soignés !

Concernant la réalisation, Dan Trachtenberg fait un très bon boulot bien que non transcendant. Il se présente comme l’héritier du style J.J. Abrams à coup de lumière chaude/froide et de “lens flares” (bien évidemment !).

Les acteurs sont tous très bons. John Goodman est à la fois attachant et terrifiant dans son rôle de survivaliste de l’Amérique profonde. John Gallagher Jr. est également très touchant, son personnage d’américain moyen et profondément gentil est un véritable rayon de lumière dans l’ambiance oppressante dépeinte par le film. Quant à Mary Elizabeth Winstead elle est extrêmement juste dans son rôle de femme fragile qui se découvre une force implacable au fil de l’histoire.

En définitif, 10 Cloverfield Lane est un très bon thriller bénéficiant d’une construction scénaristique et d’une tension extrêmement bien gérées. Seule sa fin peut laisser à désirer et laisser certains spectateurs de coté. A voir !